Destination Bolivie 15ème Pays.

Publié le par carnet d'ailleurs

 

IMG_4195-Fransisco-nous-invite-a-se-joindre-a-la-communau.JPGOn achète un ticket Puno (Pérou)/ Copacabana (Bolivie) pour s'assurer un passage frontière tout en douceur. Dans le bus on rencontre un couple de français, Nico & Adeline. On est loin de se douter que bien plus tard on partagera un bon bout de chemin ensemble. Arrivée à Copacabana. C'est pas le Brésil mais ça sonne tout même bien tranquille. Un pueblo agréable au bord du gigantesque lac Titicaca où l'on restera un peu plus que prévu. Malgré un accueil de marbre de la part des boliviens, qui nous change bien de la sympathie péruvienne, on ne se fait pas de préjugés et on profite de tout ce qu'on peut voir ou vivre: les journées ensoleillées, la superbe église d'inspiration mauresque, une promenade tous les deux au bord du lac à croiser flamands roses et cochons, un petit concert d'un groupe argentin, etc.

 

Puis on prend un bateau pour l'Isla del Sol. Une fois là bas on longe la côte pour gruger les contrôles payants et sur ce chemin non officiel on rencontre Marina. De contours en détours on profite tous les trois d'une vue splendide et on va à notre rythme. Puis à une intersection on hésite... On demande la direction à des locaux, ils nous indiquent un chemin (sans doute celui des gringos) et en prenne un autre... Finalement on attend un peu et on décide de les suivre.

On arrive à une maison devant laquelle sont regroupés une trentaine de villageois en tenue traditionnelle rose et rouge. Il mangent assis par terre, de part et d'autre d'un long tapis de patates, comme une célébration à je ne sais quoi. Nous on les regarde curieux et on renifle avec envie l'odeur de la comida... On a toujours rien trouvé pour manger et je me dis qu'en y allant au culot, on pourrait peut être leur acheter une ptite assiette et découvrir un peu de leurs traditions. On s'approche, tente un brin de causette, en vain, aucun d'eux n'a l'air réceptif. Marina est un peu mal à l'aise, Patrice pas convaincu, mais moi dans une ultime tentative, je demande si l'on peut entrer et regarder. Une fois au milieu de tout le monde, rien n'a changé et on nous ignore presque. Je me dis que faire quoi que se soit de plus serait franchir la limite de la politesse et je me résigne. C'est à ce moment que Fransisco, le chef de la communauté, nous appelle et nous invite à nous joindre à eux. On nous tend une assiette de ragoût-soupe non identifiable mais bien bon et que l'on mangera avec les doigts.

 

Je me souviens des premiers mots de Fransisco : « Ven, ven, aqui no hay discriminacion », une façon de nous inclure immédiatement à leur fête. Aujourd'hui ils se sont réunis pour remercier la PachaMama (Terre mère) et pour qu'elle leur offre de futures récoltes.

J'écouterai Fransisco toute ouïe presque deux bonnes heures: son chemin de vie, son exil au États Unis pour offrir une autre vie à ses enfants et son retour pour « mourir sur la terre qui l'a vue naître », et aussi leur mode de vie, leurs croyances, leurs ancêtres. Cette homme paisible et souriant nous permettra de partager un jour important pour eux. Si différent de nous et pourtant tellement ouvert d'esprit que l'on partage certaines valeurs communes. Finalement on est tous que des hommes...

On voudra les remercier, heu on a que de l'argent, bon c'est quand même pas mal... Fransisco refuse. On reprend notre route, tous les 3 pleins d'énergie et de bonne humeur d'une si belle rencontre.

 

Suivront en Bolivie: un magnifique coucher de soleil sur l'ile.

Puis la Paz bien loin d'être paisible mais pourtant intrigante, capitale encerclée de montagnes et perchée à 3660m, bruyante et polluée, son marché aux sorcières, le musée de la coca, le mercado Lanza, ses vendeurs sympathiques et ses délicieux almuerzos barratos.

Ensuite Sucre, ville blanche et climat doux, l'hôtel Bicentenario pas cher et parfait, où l'on paresse un peu, le musée des arts indigènes (Bibi y va toute seule, donc y reste trois plombes et se régale littéralement) et le cimetière (Bibi se régale encore).

Enfin, le clou du trip bolivien: le Salar de Uyuni et le circuit sud ouest. Pour tout ça je ne vais pas broder sur la spectaculaire palette de couleurs, bla bla bla... je vous laisse regarder les photos qui décriront beaucoup mieux que moi ces paysages presque irréels. En revanche, je citerai ceux avec qui on a eu le plaisir de partager ces découvertes et aussi de bonne tranches de rire: Arnaud, alias Roch Voisine à ses moments perdus ;) , Kamil et Natalia ou une rencontre qui s'annonce franchement pas terrible et qui finit véritablement de puta madrequand on apprend à se connaître!

Publié dans Bolivie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
E

houlala...bien longtemps que copine Emma ne s'est pas manifestée & qu'elle n'a pas, en dépit des douces pensées qu'elle a quasi quotidiennement pour vous, rêvassé devant les merveilleux récits
& photos soigneusement déposés par vous, mes amis, sur votre blog de vadrouilleurs...
Toujours est-il que, au risque de se répéter (lo siento!), merci pour tous ces moments magiques...ces riches expériences contées avec tant de soins, ces photos émerveillantes : ces paysages où je
me jetterais bien la tête la 1ère (sable, eau, pierres ancestrales), ces piti' lamas à qui je chiperais bien quelques poils pour me faire 1 écharpe, ces goélans aux ailes desquelles je
m'agripperais bien le temps de quelques heures, ce désert de sable dans lequel moi aussi je me laisserais bien à surfer & faire des galipettes...
Merci pour ces photos du Machu Picchu qui reste 1 lieu si mystique & que j'aimerais découvrir 1 jour...
Merci pour vos bobines toujours aussi rayonnantes, joviales, pleines de vie...de celle que vous croquez à pleines dents...
Merci pour cette comida que "madre de dios", je metrtais bine dans le ventre là tout de suite maintenant!
Merci pour les péroquets, plumes multicolores, & aussi les tortues (que j'affectionne tout particulièrement...& toi aussi ma Bichounnette...Tutu est dans la place !!!!!
Merci pour tout...ces beaux souvenirs figés par photographie & si riches, si chers, ... pour vous + tard, pour moi maintenant...

Profitez toujours +++ & soyez heureux mes amis...

A très TRES vite,

Gambetta se porte bien, sachez le! Le matador est impatient, mais oh combien moins que "MOUS", de vous revoir!
:-)
...quant à moi, vous l'imaginez bien...
:-)
J'ai hâte de revoir vos jolies bobines pleines de couleurs, âmes, souvenirs, ...
A vite mes p'tits lapins,

emma


Répondre
M

Hello les jeunes ! Je vois que tout se passe pour le mieux que vous profitez a bloc de votre grand périple . Quand est-ce que vous avez prévu votre retour au bercail ? Au fait bonne année erse
gros
bisous . Marianne .


Répondre
C


Coucou Marianne, d'abord nous te souhaitons à toi et toute ta famille une merveilleuse année 2011 avec du bonheur, la santé, des voyages et de l'amour...


Cela nous fait vraiment plaisir que tu nous suive comme cela, comme tu peux le voir sur le blog nous sommes en Argentine actuellement et nous repartons le 2 mars du Brésil. Le temps passe vite
pour nous et les paysages et rencontres magnifiques défilent à toutes allures...


On espère pouvoir te voir un de ces 4 pour te raconter nos petites aventures ...


On t'embrasse très fort


Patrice & Audrey